Rénovation énergétique dans les copropriétés rennaises : Bilan des 114 audits réalisés sur la période 2009–2011

En 2013, face au peu de retours des suites données aux nombreuses études énergétiques menées dans les copropriétés, les partenaires ADEME-Etat-Région ont missionné l’Agence Locale de l’Energie et du Climat Pays de Rennes pour réaliser un bilan de cette action d’accompagnement.

Les Objectifs

Cette étude avait pour objectifs de:
> Evaluer le nombre de copropriétés qui est passé en phase travaux,
> Identifier les types de travaux réalisés en fonction des typologies de bâtiments,
> Identifier les freins et les raisons du non passage à l’acte suite à l’audit.

Principaux résultats

1. Quelles suites sont données aux audits?
Décision suite à l’audit:

ALEC_Etude-auditsthermiques-RM_graph01-decision

 

2. Répartition des travaux de rénovation

ALEC_Etude-auditsthermiques-RM_graph02-travauxreno

3. Répartition des travaux de maîtrise de l’énergie

ALEC_Etude-auditsthermiques-RM_graph03-travauxmde

Les travaux de maîtrise de l’énergie portent essentiellement sur de « petits travaux ». Ils sont pour 21% des améliorations de régulation et 19% des changements de fenêtres. Fort de constater que seulement 3% des copropriétés vont engager une intervention ITE* complète.

Constats

Les travaux réalisés suite aux audits se limitent au scénario « basique et à bas coûts » qui nous éloignent des objectifs fixés par l’Etat et notamment celui de réduire de 38% les consommations d’énergie du parc existant à horizon 2020. Ce constat inquiétant est peut-être un préalable indispensable pour impulser la dynamique collective vers de gros travaux. La gestion d’un projet de rénovation énergétique en copropriété est un processus long et complexe qui nécessite une implication forte du Conseil Syndical et passe par une étape indispensable de mise en confiance et d’adhésion des copropriétaires.

Conclusion et perspectives

  • Les études énergétiques ne suffisent pas pour décider et déclencher des travaux. Sans une implication forte et un rôle actif d’un ou de plusieurs membres du conseil syndical les études seront classées « sans suite ».
  • La réalisation de petits travaux est une impulsion pour la décision d’engager des travaux plus importants. Cette démarche par étape nécessite la mise en place d’un suivi des consommations qui mesurera l’impact des travaux réalisés. Il est important de prouver les économies réalisées pour légitimer le processus de rénovation et passer à l’étape supérieure.
  • Ce travail de fond est en grande majorité portée par une seule personne, le « leader énergétique ». En plus des compétences techniques, elle doit avoir des compétences pédagogiques pour expliquer et retranscrire les éléments aux copropriétaires.
  • Face aux difficultés inhérentes de la copropriété, le recours à l’accompagnement d’une personne extérieure renforce sa crédibilité et apporte un soutien incontournable pour passer les étapes (notamment pour initier la démarche et gagner la confiance).
  • Un soutien personnalisé en fonction des besoins et des étapes du projet paraît nécessaire.
  • En parallèle, il faut donner aux conseils syndicaux (ou au référent énergie) la possibilité d’être informés, conseillés et soutenus dans leur projet. Mettre à leur disposition des documents et outils ainsi qu’une méthode afin de les amener vers une gestion autonome de leur projet à travers éventuellement la mise en place d’une « formation » au management de projet de rénovation.

* ITE : Isolation Thermique Extérieure

Pour en savoir plus sur cette étude: Contacter Ange-Marie Desbois à l’ALEC.