Agir au quotidien

Avoir une habitation bien conçue et bien isolée thermiquement est essentiel pour limiter ses consommations énergétiques, mais cela ne fait pas tout.
Les choix que vous ferez pour les équipements que vous utiliserez toute l’année sont également importants, pour le chauffage, comme pour les équipements électroménagers.

Voici quelques conseils faciles à appliquer. Nous vous invitons également à consulter notre centre de ressources et de documentation ! 

Et pour toutes informations ou conseils supplémentaires, contactez nous !

C’est le poste qui progresse le plus chaque année parmi les consommations électriques spécifiques des logements. Ce poste regroupe les consommations des équipements audio, vidéo, hifi, informatique… et toutes les veilles qui peuvent être consommées par ces appareils.

Des gestes qui comptent :

  • Je ne laisse pas mes appareils multimédias en veille
    Elles peuvent représenter environ 20 % de la consommation globale des équipements multimédias, il faut donc les éteindre complètement.
  • J’adapte la taille de l’écran à mes besoins
    Plus l’écran est petit, moins vous consommez d’électricité ! Un écran d’ordinateur 15 pouces consomme en moyenne 50 % de moins qu’un écran 17 pouces.
  • Je privilégie au maximum l’utilisation d’un ordinateur portable
    Il consomme 50 à 80 % d’énergie en moins qu’un poste fixe.

Le poste « chauffage » représente, 69 % des consommations d’énergie des logements.

La régulation est là pour maintenir la température ambiante à une valeur choisie. Elle agit sur le fonctionnement de l’installation de chauffage en prenant en compte les évolutions de la température extérieure et les apports gratuits de chaleur : soleil, appareils de cuisson, éclairage… Elle est essentielle pour optimiser le fonctionnement du chauffage, éviter les gaspillages et donc réaliser des économies d’énergie.

Le thermostat programmable

  • C’est quoi ?

Le thermostat d’ambiance s’appuie sur une sonde qui permet d’assurer une température ambiante du logement en ayant une action directe sur le générateur de chauffage. Un thermostat programmable est un thermostat d’ambiance sur lequel on peut programmer différentes plages de température en fonction du moment de la journée ou de la semaine.

  • Comment ça marche ?

L’utilisateur choisit la température d’ambiance désirée. Si la température dans la pièce où se trouve le thermostat descend en-dessous de celle programmée, le système de chauffage va se mettre en route. Quand la température sera atteinte, il coupera le chauffage et ainsi de suite. La programmation permet d’adapter la température voulue en fonction du moment de la journée ou de la semaine, en envoyant les bonnes informations au générateur de chauffage.

  • Comment l’utiliser et faire des économies?

La température de confort doit être réglée à 19°C en période d’occupation. Chaque degré supplémentaire au-dessus de 19°C engendrant 7 % de plus sur la facture énergétique !
Cette température peut être réduite à 17°C la nuit et lors des périodes d’inoccupation. Lors d’absences prolongées (vacances…) le thermostat peut être basculé sur le mode hors gel.

Le robinet thermostatique

  • C’est quoi ?

Les robinets thermostatiques ou vannes thermostatiques sont des organes adaptables sur des émetteurs de chauffage (radiateurs, murs chauffants…), qui permettent d’ajuster la température pièce par pièce en fonction de l’usage (chambre, séjour…) et de valoriser les apports de chaleur gratuits (soleil, appareils de cuisson, éclairage,…).

  • Comment ça marche ?

Une vanne thermostatique ajuste le débit d’eau chaude qui circule dans le radiateur pour atteindre la température voulue dans la pièce où elle se trouve :

    • si la température de consigne n’est pas atteinte, la vanne s’ouvre pour laisser passer plus d’eau chaude ;
    • si la température est dépassée, elle se ferme.
  • Comment l’utiliser et faire des économies?

Il ne faut pas confondre une vanne thermostatique avec un thermostat d’ambiance : elle ne commande pas le générateur de chauffage mais l’émetteur de chaleur (radiateur) ! Si le chauffage n’est pas en fonctionnement, la vanne n’aura aucun effet. De même, il ne sert à rien de bouger la position de la vanne quand vous avez trop chaud ou trop froid :

    • si la pièce est plus froide que la température indiquée sur la vanne, la vanne est déjà grande ouverte. Il faut laisser le temps à l’eau chaude d’arriver dans le radiateur, ou vérifier la régulation centrale : le chauffage est-il en fonctionnement, la température de l’eau est-elle correcte, le thermostat est-il bien réglé … ?
    • s’il fait trop chaud dans la pièce, diminuer la position de la vanne ne sert pas plus : si la consigne est dépassée, la vanne est déjà fermée et le débit d’eau chaude est arrêté. Il faut attendre que le radiateur refroidisse.
      Pour faire des économies d’énergie il est important d’adapter la température pièce par pièce en fonction du besoin. Ainsi on règlera différemment le robinet thermostatique que l’on soit dans la salle de bain, dans la chambre ou dans le séjour.

Avec des robinetteries thermostatiques en bon état et bien réglées, vous pouvez ainsi réduire votre facture de chauffage de 5 à 10 %.

Il s’agit de l’électricité nécessaire pour les services qui ne peuvent être rendus que par l’usage de l’énergie électrique (l’éclairage, l’électroménager…). Elle ne prend pas en compte l’eau chaude, le chauffage et la cuisson, qui peuvent utiliser différents types d’énergie. L’électricité spécifique représente environ 16 % des consommations d’énergie des logements.

Répartition moyenne des consommations d’électricité spécifique par poste (Source : enertech) :

Le poste « eau chaude » représente 10 % des consommations d’énergie des logements.

Des gestes qui comptent :

  • J’isole mon chauffe-eau
    Le ballon d’eau chaude et les canalisations de distribution doivent être bien isolés. Dans le cas contraire, il y aura d’importantes pertes d’énergie.
  • Je règle la température de l’eau chaude
    Une température d’eau chaude réglée à 50°C pour un chauffe-eau instantané et à 60°C pour un ballon de stockage est suffisante pour limiter le développement de bactéries pathogènes, tout en évitant l’entartrage du chauffe-eau.
  • Je préfère les douches aux bains
    Une douche consomme 2 à 4 fois moins d’eau qu’un bain.
  • J’installe des mousseurs et des douchettes
    Ces petits équipements permettent de réduire la consommation d’eau sans altérer mon confort. Les économies peuvent aller de 30 à 50 % !

Le poste lavage qui comprend le lave-linge, le lave-vaisselle et le sèche-linge représente près d’un tiers des consommations d’électricité spécifique. Afin de consommer moins d’énergie, il est important d’avoir des appareils relativement récents et bien entretenus.

Des gestes qui comptent :

  • Je fais fonctionner économiquement le lave-vaisselle et le lave-linge
    L’optimisation du choix du programme (notamment la touche « éco ») permet de consommer moins d’énergie et d’eau, même si le cycle est plus long.
  • Je préfère les basses températures pour laver le linge
    Les cycles à 90° ne sont à utiliser que rarement (pour décrasser l’appareil) car ils consomment trois fois plus qu’un cycle à 30°C. Le prélavage n’est pas non plus indispensable !
  • Je remplis mes appareils de lavage
    J’attends que mon lave-vaisselle ou lave-linge soit plein avant de lancer un nouveau cycle !

En moyenne, 636 kWh sont nécessaires pour refroidir et congeler nos aliments sur un an. Le poste « froid » représente environ 20 % des consommations électriques spécifiques d’un ménage. Pour réduire cette consommation, il est important de posséder des appareils relativement récents, de les entretenir et de les placer au bon endroit.

Des gestes qui comptent :

  • Je dégivre régulièrement mes appareils de froid
    A partir d’1 cm de givre, ils consomment 30 % d’électricité supplémentaire.
  • Je règle les appareils à la température de consigne avec un thermomètre de frigo
    Je dépoussière régulièrement la grille arrière, cela peut générer plus 30 % de consommation (1 à 2 fois par an)
  • Je place mes appareils de froid loin d’une source de chaleur (fenêtre, four ou chauffage) ou de froid.
    La consommation du réfrigérateur est directement liée à la température ambiante : s’il fait 23°C au lieu de 18°C dans la pièce, la consommation sera supérieure de 38 %. S’il fait trop froid, il peut s’arrêter. Il faut se référer à la classe climatique (sur la documentation technique et à l’intérieur de l’appareil).
  • Je ne mets pas d’aliments chauds ou tièdes dans mon réfrigérateur
    J’attends qu’ils refroidissent à l’air ambiant avant de les mettre au réfrigérateur. À l’inverse, mettre les aliments à décongeler dans le réfrigérateur lui fait économiser de l’énergie.

Allumer la lumière est un geste simple, mais pas anodin ! L’éclairage représente environ 11 % de votre facture d’électricité spécifique. Or, le meilleur éclairage reste la lumière naturelle. Essayez d’aménager votre logement en profitant au mieux de la lumière extérieure. Enfin, il existe plusieurs types d’éclairage plus ou moins consommateurs d’énergie.

Des gestes qui comptent :

  • Moins de puissance = moins de consommation !
    Je réserve l’halogène pour des activités ponctuelles. Une lampe halogène peut consommer autant que tout l’éclairage de votre logement ! Trois lampes basse consommation de 20 W éclairent autant qu’un halogène de 500 W.
  • J’adapte la puissance de mes lampes en fonction des besoins
    Je place des éclairages moins puissants dans les couloirs, la cage d’escalier ou la cave.

Le poste « cuisson » représente 5 % des consommations d’énergie des logements.

Des gestes qui comptent :

  • Je préfère une cuisson modérée… avec un couvercle
    En couvrant les casseroles, poêles… pendant la cuisson, on réduit les pertes de chaleur et c’est 30 % d’économie.
  • J’utilise un mode de cuisson adapté à mon équipement
    En utilisant des casseroles à fond plat et de diamètre adapté à la taille du foyer, on évite de surconsommer !
  • J’évite au maximum d’ouvrir la porte du four en cours de cuisson
    Chaque ouverture de porte équivaut à une perte d’environ 20 % de chaleur.